Added; 05/10/2015

Comme chaque mois retrouvez L'actualité des M&A bancaires, proposée par notre chargé d'études, Georges Pujals, sur le site Revue-Banque.fr.

"Le conglomérat chinois, dirigé par le milliardaire Guo Guangchang, mène une stratégie offensive d’expansion en Europe."

"Le conglomérat chinois vient de racheter Hauck & Aufhäuser pour 210 millions d’euros (voir Encadré 1). Il s’agit d’un établissement bancaire allemand qui gère 30 milliards d’euros et emploie 530 collaborateurs. Hauck & Aufhäuser exerce dans la banque privée, la gestion d’actifs, l’administration de fonds et les marchés de capitaux. Fosun réalise ainsi sa première acquisition outre-Rhin. En dehors de l’Allemagne, Fosun a mené l’offensive sur plusieurs marchés européens durant l’été.

Au Portugal, tout d’abord, il serait entré en discussion pour la reprise de la banque Novo Banco. En effet, les négociations exclusives entamées avec le meilleur enchérisseur, l’assureur chinois Anbang, n’auraient finalement pas abouti.

La Banque du Portugal avait entamé le 19 août dernier la quatrième phase du processus de cession de Novo Banco, qui réunit les activités bancaires saines isolées après le sauvetage par l’État de Banco Espirito Santo (BES) en août 2014. Troisième banque du pays avec près de 62 milliards d’euros d’actifs, Novo Banco avait été renflouée à hauteur de 4,9 milliards d’euros, dont 3,9 milliards apportés par l’État. Le Fonds de résolution des banques, financé par le secteur et administré par la Banque du Portugal, cherche à vendre Novo Banco à un prix qui lui permette au moins de rembourser l’aide de l’État. « Ni le gouvernement, ni la Banque centrale ne sont prêts à la vendre au rabais » précisait une source proche des négociations. En cas d’offres jugées « insuffisantes », l’institution lusitanienne pourrait suspendre la vente puis la relancer après les élections législatives prévues début octobre.

Le conglomérat chinois est familier du Portugal puisque l’an dernier, il avait pris le contrôle de l’assureur Caixa Seguros à la banque publique portugaise Caixa Geral de Depositos pour plus d’1 million d’euros, avant de mettre la main sur la branche santé du groupe Espirito Santo.

Plus au Nord, Fosun a également annoncé le lancement d’une offre non sollicitée sur BHF Kleinwort Benson, la holding belge cotée du groupe financier à la tête de 54 milliards d’euros d’actifs en 2014 (voir Encadré 2). Fosun contrôle d’ores et déjà plus de 28 % de son capital. En proposant 5,10 euros par action, l’offre publique d’achat valorise la cible à 675 millions d’euros. BHF Kleinwort Benson a constitué un comité d’administrateurs pour examiner cette proposition.

Les investisseurs n’excluent pas une surenchère du groupe Oddo, actionnaire minoritaire avec près de 15 % du capital, qui pourrait se poser en « chevalier blanc » avec l’appui des dirigeants de BHF Kleinwort Benson. Il est vrai que le français a de fortes ambitions en Allemagne et aurait un réel intérêt stratégique à lancer une contre-offensive. Présent dans l’intermédiation suite à l’acquisition de Seydler, il a acquis en avril dernier le gestionnaire d’actifs allemand Meriten. Il lui reste donc à se développer dans la gestion de fortune. L’exemple récent du Club Méditerranée montre toutefois que le conglomérat chinois n’hésitera pas, au besoin, à s’engager dans une bataille boursière.
Achevé de rédiger le 24 septembre 2015"


L'article dans son intégralité sur Revue Banque.fr


Testez-nous librement

Plus d'informations